Imprimer

Et maintenant, portons nos aspirations au Conseil Général !

 

Un « Front de Gauche » en voie de renouvellement - Il a besoin pour avancer encore de s’élargir, de promouvoir sa propre organisation et ainsi d’aller au-delà du simple cartel de partis-, associé souvent lors de cette élection à d’autres forces politiques comme le NPA,  le M’PEP ou la Fédération (FASE), ou ouvert à des associations citoyennes (AGB Autre Gauche en Bourgogne, Limousin Terre de Gauche…) obtient au niveau national 8.92% des voix.

A Nanterre, nos candidats, soutenus par des personnalités, des responsables d’association, de nombreux citoyens et citoyennes, par le front de gauche et par Gauche Citoyenne, inscrits dans la continuité du travail mené par le maire, Patrick Jarry, et la députée, Jacqueline Fraysse, sont élus après avoir été placés largement en tête au premier tour : dans le canton sud est,  Nadine Garcia, avec son suppléant Mohamed Allal, maintient ses positions (36,4% contre 36,8% en 2004) ; dans le canton sud-ouest, Marie-Claude Garel et Samir Abdelouahed, tous deux membres de Gauche Citoyenne, progressent de 5% (30,6% contre 25,1% en 2004) alors qu’ils étaient en compétition avec les leaders locaux de l’UMP et du MODEM et plusieurs maires adjoints ; la gauche dans son ensemble progresse. En leur accordant au second tour 74,3% des voix, Nanterre rassemblé inflige une lourde défaite au Front National.

Mais par delà ces bons résultats, retenons surtout ces enseignements.

-         la déroute de l’UMP qui totalise à peine 11,37% des votants : c’est la défaite du Président Sarkozy et de son gouvernement et ce n’est que justice : deux ans après la crise, les banques qui ont bénéficié des subventions de L’Etat, renouent avec les profits  alors que les salariés continuent de trinquer et voient leur retraite remise en cause.

-         le taux d’abstention record : deux tiers des inscrits ne sont pas allés voter.

-         Le score inquiétant du Front National  qui surfe sur le légitime mécontentement et trompe les électeurs alors que l’extrême droite n’a jamais nulle part apporté de solutions concrètes aux problèmes des gens.

Ce deux dernières tendances renforcent  Gauche Citoyenne dans la nécessité de redonner confiance et perspective,  de développer la démocratie et l’intervention citoyenne, dans son pluralisme et sa diversité, de renouveler les formes de participation. Il faut de nouveaux espaces, dynamiques et efficaces, réactifs, d’élaboration, de construction, de militantisme politique. C’est l’objet de la démarche « les quartiers populaires et la politique » que nous menons depuis plusieurs mois, qui a apporté dans la campagne électorale et que nous allons continuer d’amplifier avec et après notre rendez vous du 30 avril, pour favoriser l’investissement de chacun.